Espace Membres

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   


L’automne, monotone ? Tu déconnes ! Avec le Chapter y a l’after. Si t’es Big-Twin viens à Halloween, tu roules Harley rate pas le Beaujolais et pour te débrider fonce à l’A.G.

Dernière mise en ligne le :

20/11/2022

Le dernier week-end d’octobre, la France entière a reculé d’une heure ses horloges tandis qu’à Ballainvilliers, tout le Chapter a avancé le calendrier de trois jours en célébrant Halloween le 29 au lieu du 31. L’affluence n’était  passquelettique. Une foule hétéroclite et claudiquante avait envahi l’antre orange et noire aux couleurs d’Harley-ween. Evidemment chez BMW, dont les couleurs emblématiques sont le bleu et le blanc de la Bavière, ils ont plus de mal à honorer les mortsvivants et les citrouilles.

On dénombrait ainsi à S’one moultes sorcières se laissant aller d’autant plus facilement à de frénétiques transports que toutes affichaient au minimum trente balais. S’ensuivit un véritable Sabbat au milieu de tronches patibulaires: le fameux sabbat sales hommes. Elles s’encanaillèrent encore plus en entreprenant cette danse nommée « le maudit-son ». Si trouille il y avait c’est en détaillant les autres participants. En voyant Jean-Marie, certaines créatures se sont écriées: tu Mexique !, tu Mexique !, même si son chapeau foutait franchement les boules. En vampire notre Director frôlait l’horror; Pour Franck, l’horreur se nichait peut-être sous le kilt; Ragnar portait comme d’autres un maquillage à faire des cauchemars; Kathleen en Lagertha vous mettait (comme d’habitude) au pas, normal me direz-vous pour notre gauloise sans filtre; Pascal en clown Grippe-sou avait un regard de fou et Dragan qui avait dû trainer dans d’obscurs bas-fonds affichait une araignée au plafond…Quant au combattant si bien camouflé, avec son regard luciférien, s’agissait-il de Félicien ?

Des souffles maléfiques faisaient frissonner les toiles d’araignées mais pas que. Celui gelé de l’air conditionné eut raison de la gorge du diabolique Kiki que la chaleur de l’enfer n’a pu protéger et celui tempêtueux du saxophone faillit briser quelques tympans. Heureusement la soirée bénéficia de la présence d’une équipe de choc, et même d’électrochoc , composée de médecins légistes, qui s’affaira à faire le tri entre les morts et les vivants ranimant les premiers et assommant les seconds à coup de cocktails rhum sang alcool.

Dans cette antichambre du purgatoire, un petit ange virevoltait très à son aise parmi les masques et les costumes qui lui rappelaient ses héros préférés de films et de bandes dessinées. Dans cet univers sûr, pour son anniversaire, Amy souffla ses bougies. C’est évident, pour un enfant, les rencontres à S’one sont moins effrayantes à Halloween qu’en temps ordinaire lorsqu’y rodent des motards arborant crânes rasés, tatouages, piercings, se déplaçant en faisant cliqueter chaines et pin’s.

Et après avoir survécu à Halloween le vingt neuf octobre, le Chapter en vint à fêter Hello-vin, le vin neuf en novembre. Après le laid, le beau, après le Mojo, le Beaujo. Le troisième jeudi de Novembre ce fut (de chêne) la fête au beaujolais, la seule date où les motards ont rendez-vous à S’one pour une vendange et non pas pour une vidange ! Mais, force fut de constater qu’après avoir grignoté nos littoraux, vidé lacs et rivières, grillé les prairies, le réchauffement climatique s’en prenait également à la mezzanine de notre di-vin repaire. Aussi , très vite, trop vite notre Beaujolais fut évaporé, on vit même apparaitre des bouteilles de Boulaouane. Faut dire, les anglais commencent bien à faire du champagne, alors faudra peut-être s’habituer à voir des bourguignons à produire du sidi Brahim ! Et pourquoi pas le Chapter devenir un régiment de spahis, car nous étions déjà plus d’un, à bien faire les zouaves pas abattus par la fête à Bacchus.
Seules nos si belles Chaptériennes semblent échapper à ce foutu réchauffement, car bien entendu aucunes ne sont à rides. Mais, les  délicieux plateaux de Fathia également vidés, vin le temps de déserter les lieux en empruntant, pour rentrer, notre chère route nationale vin.